Frustration…

     Dans mon dernier billet, j’avais parlé du nouveau statut de l’auto-entrepreneur, qui visait la simplification des démarches administratives pour la création d’entreprises individuelles.
     Or, il paraît que ce n’est pas, pour le moment, possible de initier une activité de traducteur avec ce statut. Le grand problème: des incompatibilités avec la CIPAV, l’organisme de cotisations pour l’assurance vieillesse où les traducteurs (et les autres professionnels libéraux) s’inscrivent.
 
     Ceci est très frustrant, car le début d’activité dans la traduction est loin d’être évident: quand on commence, personne ne nous connaît et il faut faire des efforts surhumains pour attirer des clients, car le travail ne tombe pas du ciel. En plus, si on doit payer les cotisations à l’URSSAF et à la sécurité sociale, alors qu’on n’a pas de travail, comment peut-on s’en sortir?
 
    Décidémment, l’année commence très bien…
 
    
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s