Plus d’une langue – Appel pour une politique européenne de la traduction

A moins de se renier elle-même, l’Europe ne se construira pas sans respecter la pluralité de ses langues. Deux voies s’offrent à elle : généraliser le recours à un « dialecte de transaction » pour favoriser les échanges, au risque d’un appauvrissement collectif ; ou bien se réjouir de la diversité linguistique et la garantir pour permettre une meilleure compréhension réciproque et un vrai dialogue.

L’Union européenne, du moins à l’intérieur de ses frontières provisoires, a assuré la circulation des marchandises, des capitaux et des hommes. Il est temps qu’elle se donne pour tâche de faire circuler les savoirs, les œuvres et les imaginaires, renouant ainsi avec les moments fertiles de l’Europe historique. Il est temps que les Européens apprennent à se parler à eux-mêmes dans leurs langues. Valoriser les langues de l’Europe  contribuera à réconcilier les citoyens avec l’Europe. La traduction joue là un rôle politique essentiel.

Car une langue n’est pas seulement un instrument de communication, un service ; ce n’est pas non plus seulement un patrimoine, une identité à préserver. Chaque langue est un filet différent jeté sur le monde, elle n’existe que dans son interaction avec les autres. En traduisant, on approfondit sa singularité et celle de l’autre : il faut comprendre au moins deux langues pour savoir qu’on en parle une.

Parce qu’elle est dépassement des identités et expérience des différences, la traduction doit être au cœur de l’espace public européen qu’il incombe à tous de bâtir, dans ses dimensions citoyennes et institutionnelles, dans ses composantes culturelles, sociales, politiques, économiques.

C’est pourquoi nous appelons à la mise en oeuvre d’une véritable politique européenne de la traduction, qui reposerait sur deux principes : mobiliser tous les acteurs et secteurs de la vie culturelle (enseignement, recherche, interprétariat, édition, arts, médias) ; structurer tant les dynamiques internes de l’Union que ses politiques extérieures, en garantissant concrètement l’accueil des autres langues en Europe et l’intelligence des langues d’Europe ailleurs dans le monde.

Dans la traduction, le projet européen puisera une énergie renouvelée.

Le présent appel a été rédigé en amont des Etats généraux du multilinguisme, réunis à La Sorbonne (Paris) le 26 septembre 2008, et lu publiquement par Paolo Fabbri.

Ses premiers signataires sont : Adonis, Vassilis Alexakis, Etienne Balibar, Tahar Ben Jelloun, Yves Bonnefoy, Barbara Cassin, Michel Deguy, Emmanuel Demarcy-Mota, Claude Durand, Umberto Eco, Paolo Fabbri, Maurizio Ferraris, Ghislaine Glasson Deschaumes, Michèle Gendreau-Massaloux, Yves Hersant, François Jullien, Julia Kristeva, Eduardo Lourenço, Amin Maalouf, Robert Maggiori, Federico Mayor, Edgar Morin, Ariane Mnouchkine, Jean-Luc Nancy, Manuel de Oliveira, Jacqueline Risset, Fernando Fernandez Savater, Antonio Tabucchi, Juergen Trabant, Heinz Wismann.

Pour signer cette petition, cliquez sur le lien suivant:

http://plus-dune-langue.eu/?petition=2

flags-69190_1280

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s